dimanche 1 avril 2012

SUMBAWA Ascension du Tambora en juin 2010

Mont Tambora, la colère des volcans

En rejetant un peu de cendres dans l’atmosphère il y a quelques mois, le petit volcan islandais Eyjafjöll, du haut de ses 1666 m, nous a rappelé que l’activité volcanique pouvait avoir des conséquences à l’autre bout du monde, en semant la zizanie dans les transports aériens et causant ainsi une légère panique chez les touristes de Bali et d’ailleurs. Nous avons tous dans notre mémoire collective les éruptions du Vésuve ou du Krakatau mais la plus importante de l’histoire s’est produite à une heure d’avion de Bali et il y à peine deux siècles, c’est celle du mont Tambora sur l’île de Sumbawa. En avril 1815, ce volcan est entré en éruption et en trois jours, on estime qu’il a rejeté 150 km³ de cendres dans l’atmosphère, son altitude est passée de 4100m à 2700m, son cône a été pulvérisé !!! Outre les dégâts importants qu’il a causés en Indonésie et qui ont été rapportés par Sir Raffles, alors lieutenant gouverneur de Java, les cendres du Tambora ont refroidi l’atmosphère en Europe l’année suivante au point qu’on a qualifié 1816 d’année sans été, c’est ce qu’on appelle dans le langage moderne, un hiver nucléaire. Les conséquences ont été tellement catastrophiques sur les récoltes en Europe que la famine a causé la mort de près de 200 000 personnes dont 80 000 en Angleterre !

L’actualité islandaise nous a fait nous intéresser à ce volcan Tambora, nous avons donc organisé un trek d’une semaine au mois de juin avec quelques amis pour entreprendre son ascension. La montée, au départ du village de Pancasila (400 m), se déroule presque intégralement à travers une très belle forêt pluviale qui a bien sûr repoussé depuis deux siècles. Quelques surprises nous attendaient. Vers l’altitude de 1200m, des sangsues par milliers, à l’affût sur des feuilles, guettant leurs proies à sang chaud. Ces bestioles hermaphrodites s’infiltrent à travers les chaussures par les œilletons des lacets ou à travers les chaussettes. On a beau les brûler, elles injectent un anti-coagulant et on continue à saigner… Pour l’ascension finale d’une durée de 4 heures, le réveil a sonné à une heure du matin. Le sentier vers le sommet traverse vers 2000 m des forêts d’orties géantes, urticantes bien évidemment, on se convainc que c’est formidable pour la circulation du sang… Environ 400 m avant le sommet, on quitte la forêt, un dernier coup de reins et on arrive au bord de la caldera, dans le noir et le froid. Et puis le soleil se lève et fait monter en nous une joie profonde que partagent tous ceux qui atteignent les sommets au petit matin. Au fond du cratère, quelques fumeroles, le lieu est grandiose, vierge comme au premier jour, battu par le vent, comment imaginer que ce lieu si paisible a pu causer une telle désolation dans le monde deux siècles plus tôt ?
Une sangsue gorgée du sang d'Anika


Article paru dans La Gazette de Bali juillet 2010
http://www.lagazettedebali.info/journal/articles/carnet-de-voyages/mont-tambora-sereine-poudrie%CC%80re.html
_______________________________________________________________________________
Infos pratiques: il y a deux aéroports à Sumbawa mais le plus sûr est de se poser à Bima et de louer une voiture pour rejoindre la péninsule de Sanggar, environ 150 km par une route totalement défoncée, ça nous a pris plus de 6 h !!! Nous n'avons pas voulu passer par Sumbawa Besar parce que ça impliquait un trajet en bateau extrêmement dangereux vers Calabai. Nous ne vous donnerons pas le contact de notre guide au départ de Pancasila parce que la prestation était minable, personne pour préparer le déjeuner, les porteurs se gardaient la nourriture pour eux, une catastrophe et qui plus est, c'était cher !

LOMBOK Ascension du Rinjani en août 2008


Le mont Rinjani nous faisait rêver depuis longtemps. Une petite incursion dans les magasins spécialistes de montagne au bout de Diponegoro pour compléter l’équipement et nous voilà parés pour affronter ce qui est présenté par le Guide du Routard comme « une randonnée particulièrement difficile » ! Des copains nous ont mis en garde contre la dernière partie de l’ascension dans des cendrées, certains ont même rebroussé chemin avant le sommet, nous apprendrons que seuls 10% à 15% des randonneurs atteignent les 3746 m.
vue depuis la route de Sembalun
Fin août, nous sommes enfin à pied d’œuvre. Première nuit à Lombok, rencontre avec notre guide de 53 ans pak Alam, la bière coule à flot. Le lendemain matin, nous prenons un bemo pour récupérer nos porteurs et nous rendre à Sembalun lawang, un des points d’entrée du parc naturel régional du Rinjani. Le Rinjani se distingue au loin, il n’a pas l’air si haut, ah si peut-être cette arête vive sur la fin, nous verrons bien. Sur la route pentue, notre bemo peine et s’arrête brutalement, une pierre est calée sous la roue, nous nous éjectons brutalement. Eclats de rire.

Formalités administratives, le temps passe, nous sommes impatients de nous élancer. Les porteurs embarquent une véritable cuisine de campagne, de l’eau, des tentes et du matériel, pas loin de 40 kg pour certains !

Ca y est, nous sommes partis. Il fait chaud. Stéphane peste en se rappelant qu’il a failli apporter un pantalon de ski. Nous traversons des champs puis une forêt, une vraie promenade de santé. Arrêt pour le premier déjeuner au pos tiga. Les porteurs allument un feu de bois, font chauffer du thé à la rose pour nous faire patienter et nous servent un délicieux mie soto et une salade de fruit.

Après le repas, l’effort commence véritablement, nous traversons les nuages en cheminant dans du sable. Dès que nous nous arrêtons, le froid nous saisit. Anika file devant, une vraie chèvre bondissante, elle nous a prévenus qu’elle arriverait la première au somment le lendemain matin, nous avons vite compris qu’il était inutile de rivaliser avec une championne de triathlon. Tout le monde nous passe devant, il faut dire que la plupart des randonneurs ont remis leurs effets aux porteurs, ils pèsent 10 kg de moins que nous. Le guide nous attend patiemment avec son fils de 11 ans. Je demande si l’étape du lendemain matin sera encore plus dure, il me fait signe que oui. Nous arrivons finalement au camp de base, épuisés. Nous sommes juste au-dessus des nuages, face au lac du volcan, un spectacle magnifique. Nous reprenons des forces, enfilons toutes nos affaires chaudes. Les porteurs font ronfler le feu de bois pour préparer le dîner.


 La nuit a été courte, réveil à 2h30, nous avons mal dormi, dans le froid. Il nous reste 1000m à gravir, nous devrions arriver 3h plus tard pour le lever du soleil. La longue, très longue ascension commence dans un mélange de sable et de gravier dans lequel on s’enfonce de 15 cm. Il fait très froid. Les haltes sont de plus en plus fréquentes. Au bout de deux heures, nous comprenons que nous n’arriverons jamais au sommet avant le lever du soleil, arriverons-nous seulement au sommet, l’effort semble insurmontable. Anika et Jean-Jacques nous ont distancés. Nous croisons des gens qui abandonnent, transis de froid, épuisés. Nous sommes à présent sur la dernière arête, à peine 3 m de large, 500 m de long, je pense au Golgotha. Le soleil se lève sur un spectacle grandiose, le Gunung Agung se détache au loin sur une mer de nuages. Ceux qui ont atteint le sommet redescendent déjà, il nous reste encore 300m, nous sommes les derniers. Jean-Jacques nous encourage depuis le sommet. Je plante mon bâton devant moi et me hisse avec les deux bras, après 3 mètres, nouvelle pause. Pourquoi est-ce si dur ? Nous ne pouvons plus ne pas y arriver si près du but mais combien de temps ça va prendre ? Finalement, nous atteignons le sommet après 4 heures d’effort et presque instantanément, nous oublions notre peine tant le spectacle est beau. Les dieux ont élu domicile au sommet des montagnes et il ne peut en être autrement.
Au sommet avec Stéphane Le Baube et Jean-jacques Audureau
Le lac Segara Anak et le nouveau volcan Barujari
Descente tout  schuss dans le pierrier
Article paru en octobre 2008 dans la Gazette de Bali:
http://www.lagazettedebali.info/journal/articles/carnet-de-voyages/a-l-assaut-du-rinjani.html
_______________________________________________________________________________
Infos pratiques : Le parc naturel du Rinjani n’est ouvert que pendant la saison sèche, il vient de passer en septembre géopark sous l’égide de l’Unesco, tout comme 53 autres sites montagneux dans le monde en raison de sa beauté et de la gestion de son site. Le trek s’organise très facilement sur trois ou quatre jours, il coûte environ 1.6million par personne, dégressif à partir de trois. Pour toute information, contactez Pak Roni (coordinateur): 081 917 371 881 ou bien Pak Alam notre guide : 081 91 71 93 319. www.lomboktrekking.com




FLORES A l'assaut de l'Ebulobo et de l'Inerie mai 2011


A gauche, l'Inerie ; à droite, l'Ebulobo
Si vous survolez l’île de Flores, à 500 km à l’est de Bali, vous serez peut-être intrigué par ces deux cônes qui émergent des nuages au centre de cette île qui ne compte pas moins d’une quinzaine de volcans actifs, dont un apparu il y a seulement 10 ans en 2001 (cf. La Gazette de Bali n°70 – Mars 2011). L’Inerie (la mère Rié) et l’Ebulobo (le grand-père Lobo), puisque ce sont les noms de ces volcans, représentent les deux ancêtres des peuples Ngadha et des Nage-Keo qui vivent dans cette région, ils trônent comme deux piliers qui supportent le ciel.

Grâce aux conseils avisés de Thierry Robinet et de Jean-Marie Bompard du Natural Guide Bali Lombok Flores Sumba, nous avons pu entreprendre leur ascension au mois de mai dernier avec un groupe d’amis.

Pour grimper tout d’abord sur le grand-père, nous avons dû nous enquérir la veille de trouver des guides. Le plus simple reste toujours de rendre une visite de courtoisie au chef du village au pied du volcan, en l’occurrence Mbulakoli, de faire palabre avec légèreté et humour, Jean-Jacques, un des membres de notre équipe, s’y entend comme pas deux, et d’exposer notre requête. Deux coups de fil plus tard, nos guides étaient calés pour le lendemain matin à 3h.

Très belle ascension de 1100 m en trois heures, l’équipe est bien rôdée, nous atteignons le sommet à 2128m pour le lever de soleil. Une surprise nous attend : un arc en ciel sphérique couronne l’ombre de l’Ebulobo, un phénomène jamais observé jusqu’alors et qui ressemble fort à une couronne de saint !

Le village de Bena pendant une cérémonie
Le lendemain, nous consacrons nos loisirs à visiter Bajawa et ses alentours sous la pluie, son marché éclairé à la lampe à huile, ses marchands de tissages noirs et jaunes et à chercher des guides. En fait, deux solutions s’offrent à nous : soit de prendre un guide depuis le village de Watumeze, le point de départ habituel pour l’ascension, soit de recourir à des orang lokal depuis le village traditionnel de Bena, sans doute un des plus beaux d’Indonésie. Au moment où nous y passons, il y a une cérémonie avec sacrifices de buffles et danses dans le village, un moment hors du temps !
L'attente à 2h300 du matin à Bena

Au sommet de l'Inerie avec Jean-jacques audureau et Valérie Sermet
Comme notre interlocuteur ne peut nous expliquer la différence entre un orang lokal et un guide, nous optons pour les orang lokal de ce beau village. Quand nous nous levons à 2h, il pleut encore un peu. Quand nous atteignons le village de Bena, point de départ de notre ascension, tout le monde dort et surtout nos orang lokal. Une vieille dame se lève et ouvre son warung pour essayer de nous vendre du coca à 2h30 du matin. Finalement, nos orang lokal arrivent, pas facile de se lever quand on n’a pas de réveil. Le départ dans la montagne est hasardeux, deux de nos accompagnateurs ne sont jamais montés et le plus expérimenté se trompe de chemin à plusieurs reprises. Valérie passe une jambe à travers un fourré qui donne directement sur un précipice, plus de peur que de mal !

L’ascension de l’Inerie est beaucoup plus longue que prévue mais, au fur et à mesure que le jour se lève, nous sommes emportés comme toujours par la beauté du spectacle de la nature et du lever de soleil. Enfin, nous arrivons sur la caldeira et seuls trois d’entre nous atteindront le sommet à 2227m, après un passage assez abrupt où tout faux pas est interdit.

La grande difficulté de ce volcan réside dans la descente, incroyablement glissante, nous ne comptons plus les chutes mais tout le monde en sortira indemne y compris Dominique qui avait perdu les ongles de ses orteils un an plus tôt sur le Tambora !



Mais à grande difficulté, grande récompense. Notre excellent chauffeur Pak Nikolaus nous conduit aux plus extraordinaires sources d’eaux chaudes jamais expérimentées en Indonésie. Deux rivières, l’une froide, l’autre brûlante se rejoignent à quelques kilomètres de là pour former le plus délicieux des bains, nous sommes seuls au milieu de cette nature intacte et non encore domestiquée. Jamy et Anika se baignent, deux Eve pour un jardin d’Eden, notre périple se termine, Flores mérite plus que 5 jours, nous reviendrons dans cette île magnifique.


video
La jonction des rivières chaude et froide

Visite du Kelimutu avec ses lacs aux trois couleurs











Article paru dans la Gazette de Bali août 2011
http://www.lagazettedebali.info/journal/articles/carnet-de-voyages/a-l-assaut-de-l-ebulobo-et-de-l-inerie-a-flores.html
_______________________________________________________________________________ 

Infos pratiques: Pour réaliser ce périple, il est indispensable de se procurer le guide Bali Lombok Flores Sumba Sumbawa, The Natural Guide, aux éditions Pages du Monde (pages 539 à 548). L’aéroport le plus proche est celui de Bajawa mais nous avons opté pour celui d’Ende relié depuis Bali par les compagnies Merpati, Transnusa et Batavia Air. Numéro de téléphone de Pak Nikolaus, notre chauffeur : 085 239 045 678 Hébergements : A Boawae (près de l’Ebulobo), gîte Sao Asih tenue par Ibu Joséphine. Tel. 081 339 474 289 A Bajawa (près de l’Inerie), hôtel Wisma Kembang et notre ami Sipri. Tel. 0384 21 072 Mention spéciale pour l’ambiance chaleureuse de chalet suisse du restaurant Lucas à Bajawa.